Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog LUSTEMBERGER - FORMATION - ACTU

Consultant : Un vrai métier indépendant et précaire

25 Mars 2013 , Rédigé par lustemberger-formation-actu

chat"Dis papa? quand je serai grand je voudrais être consultant "

Il est vrai que le métier fait un peu rêver.

Mais attention, ne vous y trompez pas!

 

Le métier de consultant mérite aussi d'être précisé et éclairci.

En effet, aujourd'hui, ce terme est utilisé à tort et à travers. Le métier de consultant arbore de multiples facettes.

C'est un métier passionnant.

je le vis depuis bientôt 20 ans . Il est riche en contact , en variété et en changement.

Il vous permet de développer vos aptitudes d'aventurier et vous apprend à piloter "risques et incertitudes".

 

J'interviens en entreprise pour des salariés ou dirigeants qui souhaitent développer des compétences clés et aussi en Ecole pour apporter un éclairage concret du monde de l'entreprise aux étudiants. Certains pensent encore que le monde est sympathique, ouvert et accueillant.

Le consultant intervient en "Conseil" pour les entreprises et anime des sessions de formation sur des thèmes précis

Sa rémunération varie selon le marché, selon les régions, selon son degré d'expertise et surtout selon sa notoriété.

 

Le consultant apporte des clés, des pistes de solutions. DIRE LA solution n'existe pas. Certains peuvent prêcher LA bonne parole mais certains n'ont jamais mis les pieds dans une activité salariée auparavant.

Leurs apports restent théoriques ou "appris" dans les livres . Alors méfiance !

 

Il est important de savoir VIVRE l'entreprise pour comprendre les enjeux , les Jeux de pouvoir et les risques. 

Un consultant ne sera crédible que s'il apporte une vision réaliste et adaptée au terrain. Il anticipe et il doit être capable de développer un programme grâce à son expérience.

  • Un consultant doit aussi rester humble. Il ne doit pas toujours être sur booké pour faire croire à ses compatriotes qu'il a un planning très chargé 2 ans à l'avance.
  • Un consultant doit savoir refuser des missions pour se centrer sur son domaine d'expertise
  • Un consultant doit apprendre à décoder les besoins de l'entreprise pour y répondre au plus juste et rapidement .
  • Un consultant qui parle en tant que "Y a qu'a Faut qu'on" , ne doit pas être consultant.
  • Un consultant a des capacités d'écoute, d'argumentation et de partage.
  • Un consultant sait "animer" des groupes grâce à sa compétence pédagogique.
  • Un consultant doit aujourd'hui être "certifié"  pour être identifié sur un marché ou l'offre est variée et pas toujours professionnelle.
  • Un consultant doit se différencier par son approche et sa valeur ajoutée.
  • Un consultant doit aimer l'aventure et le risque. Celui qui cherche sécurité et confort ne sera pas fait pour ce métier d'aventure.
  • Un consultant doit respirer l'énergie pour donner envie. Il fédère et  stimule les équipes.

De nouveaux arrivants  "cassent" ce marché. Sortis tout droit de leur 20 ans d'expérience dans une grande entreprise, ils s'inscrivent en qualité de consultant ( RH, commercial; management ...) des termes "porteurs" et "tendances" si possible . Ce métier offre des possibilités sans être formé à l'avance.

Tout le monde peut s'inscrire "Consultant" et exercer ce métier très rapidement.

 

ATTENTION : ON ne s'improvise pas consultant sans avoir appris à animer un groupe et surtout sans avoir 

appris à construire un programme de formation adapté. 

 

Malheureusement, ce titre est parfois très mal porté et inspire de la méfiance. C'est pour cela que les certifications doivent s'incrire dans la démarche de confiance pour les entreprises et les écoles.

 

Un métier d'aventurier, un métier qui connait des aléas selon l'économie, les tendances du marché et les lois gouvernementales en matière de prise en charge de la formation.

Croire que ce métier offre une garantie au démarrage reste du leurre en 2013.

Je l'identifie comme celui ou celle qui veut être comédien à PAris et pense qu'il va réussir ce métier de suite.

Grave erreur de le croire . Seuls moins de 10 % arriveront à se faire connaître et à en vivre .

 

C'est exactement le cas aujourd'hui pour le métier du conseil et de la formation. Un débutant va avoir beaucoup de mal à s'insérer dans ce milieu qui compte déjà un grand nombre de consultants en place. 

Les places sont chères et le travail à partager se réduit.

La guerre est dure et sera longue. 

 

Les plus vaillants, professionnels et reconnus sortiront du lot. Les autres se reconvertiront ailleurs. 

 

Un dernier élément à souligner : Le consultant doit aimer la précarité. C'est ce qui l'attend partout.

Dans les Ecoles, les organismes de formation... En effet sa place ne sera jamais garantie.

Il sera toujours "remplaçable".  

Il doit savoir vivre l'incertitude au quotidien.

La reconnaissance dans son métier sera rare. elle existe. Mais elle reste très isolée.

 

Le consultant doit s'épanouir, aussi se former pour éviter de raconter les mêmes choses pendant 20 ans comme le professeur de faculté.

Il doit aimer ce métier et surtout aimer l' Humain. 

Bonne chance aux nouveaux et surtout courage, ce métier mérite estime et reconnaissance.

Aux nouveaux d'écrire la suite et de perpétuer ces valeurs.

Hervé LUSTEMBERGER

consultant sénior

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite